Le croquis

9 août 2015 - 1 commentaire

Le portrait devrait, idéalement, être semblable à un dessin léger, un trait unique. Il devrait suggérer l’attitude par une posture, une récurrence, un contexte. Parce que, au fond, tout n’est qu’énergie, à travers nos corps. Peu importe ce que l’on dit, peu importe les accords, les serments et les maquillages. Ces corps ont la félure intacte, l’arrogance inconsciente, sous les costumes usurpés. Les capes. On ne ment qu’avec des mots.

ws_suisse_10 4_3 ws_suisse_13 3_4 w50 ws_suisse_14 3_4 w50 ws_suisse_15 4_3 ws_suisse_29 3_4 w50 ws_suisse_31 3_4 w50 ws_suisse_32 3_4 w25 ws_suisse_33 3_4 w25 ws_suisse_34 3_4 w25 ws_suisse_35 3_4 w25 ws_suisse_36 3_4 w25 ws_suisse_37 3_4 w25 ws_suisse_38 3_4 w25 ws_suisse_39 3_4 w25

Série réalisée au Contax 645 + Portra 400
Images développées et scannées par Carmencita Film Lab
Date : Mai 2015
Lieu : Workshop @ Meyer&Kangangi, Bienne, Suisse

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6227

32 vues

6042

Le fond et la forme

5976

Du sable et de l’eau

82

L’émotion impassible