Iceland-298 4_3

Comprendre enfin son posemètre

Si vous commencez à mesurer la lumière avec un posemètre, vous êtes surement perdu et, surtout, vous avez l’impression que c’est fastidieux et que vous n’avez aucun contrôle sur le résultat final. En plus, vous lisez un tas de choses qui vous semblent compliquées et qui se mélangent un peu dans votre tête.

Faut-il mesurer pour les ombres, shooter de la 400 à 200, faut-il pousser la pellicule, où faut-il faire sa mesure, faut-il faire sa mesure pour chaque image que l’on prend ? Voici les questions qui vous occupent.

designer_sergerusak_paris_22 4_3

Nous allons essayer de faire le tri dans ce qui suit. Tout d’abord, retenez que vous mesurez des sources de lumière (et non pas leur réflexion sur un objet). Cette mesure est donc relativement stable et vous ne devez pas mesurer la lumière à chaque image. Pour plus de détails, je vous renvoie vers cet article. Ensuite (et c’est l’objet de ce post), Il est important de clarifier les différents termes utilisés.

— Pour véritablement maitriser l’exposition de votre photo, vous devez savoir ce que vous mesurez (metered) et comment vous le mesurez (« rated at » et « bulb in ou bulb out »). —

Pour cette raison, il est très réducteur de dire uniquement que l’on expose de la 400 à 200, ou que l’on mesure pour les ombres par exemple. Chacun de ces paramètres aura une influence directe sur le résultat de votre mesure. Vous devez donc comprendre leur impact pour être conscient de ce que vous faites.

mosaertclothes_101 3_4 w50 l25

Pour commencer, vous avez probablement entendu que surexposer de la pellicule couleur est généralement une bonne idée. C’est une base sur laquelle vous pouvez vous appuyer. Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à lire l’excellent article que Carmencita Film Lab a publié à ce sujet.

— Pour bien comprendre à ce stade, il faut savoir que la surexposition ou la sous-exposition de la pellicule n’est qu’un résultat qui peut être obtenu de différentes manières. —

Chaque photographe aura ses habitudes. Pour cette raison, je pense qu’il est judicieux de détailler la méthode plutôt que de parler uniquement de sur ou sous-exposition.

Iceland-281 4_3

Prenons donc les choses dans l’ordre et voyons de quoi nous parlons lorsque nous parlons d’exposition. Les termes que j’utilise sont les termes anglais (pardon pour les amoureux de la langue française mais c’est indispensable pour éviter la confusion). En effet, ils sont présents sur internet de cette manière et sont parfois non traduisibles simplement.


RATED
Il s’agit de la valeur que vous entrez dans votre posemètre pour une pellicule donnée. Par exemple, «Portra 400 rated at 400» (rated at box speed = vitesse nominale). On pourrait, par exemple, choisir aussi « Portra 400 rated at 200 » (ce qui revient à surexposer volontairement de 1 stop).
Note : On dit aussi «measured at» mais je trouve le terme « rated » plus simple.


METERED
Il s’agit de l’endroit où vous mesurez. Par exemple, « metered for shadows » (ce qu’on pourrait traduire par « mesurée à l’ombre » ou « mesuré pour les ombres »).En général, on mesure à l’ombre pour le négatif (à l’inverse, on mesurera pour les hautes lumières avec de la diapo). Notez que, là aussi, vous pouvez surexposer (ou sous-) exposer selon le lieu où vous mesurez. Mesurer à l’ombre revient généralement à surexposer de 1 ou 2 stops (selon l’intensité de la lumière).


BULB IN / BULB OUT
Votre posemètre dispose d’une boule blanche, sensible à la lumière. Certaines cellules permettent de sortir et de rentrer ce « bulb » pour faire une mesure précise ou globale. De manière générale, je ne fais usage que de la mesure précise (bulb in) pour savoir précisément quelle source je mesure (quitte à faire plusieurs mesures pour avoir une idée globale de la lumière). Le problème de la mesure globale (bulb out), c’est qu’elle fait une moyenne de la lumière disponible à 180 degrés devant le posemètre. Cette indication n’est donc pas très précise et le posemètre aura tendance à se faire piéger dans les cas où les sources sont variées ou latérales. On notera également que la position bulb in conduit généralement à une surexposition de 1 diaph également (selon les conditions lumineuses).

gion kyoto japon geisha 3_4 w50 gion kyoto japon geisha 3_4 w50

Vous comprenez donc que ne dévoiler qu’un seul de ces paramètres lorsque l’on parle d’exposition au posemètre ne sert à rien. Une pellicule « rated at box speed » aura un résultat bien différent selon que vous mesurez à la lumière ou non et un mesure globale ou précise.


Cet article est un extrait du PDF « Shooter au film » disponible sur la boutique en ligne.

Vous souhaitez être tenu au courant des actualités ? Inscrivez votre adresse mail ici :

1 Commentaire

Marie

Merci Michael pour cette transmission de savoir! Comme toujours un plaisir de te lire. Bonne conitnuation et bel été!

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *