Iceland-306 4_3

De la créativité

Voici le lieu commun : la spontanéité relèverait du laisser aller pur. Elle serait le résultat d’un libre cours laissé au corps qui s’exprimerait en l’absence de règle, en l’absence de technique, en dehors de toute contrainte mentale.

Cette vision oppose le corps et l’esprit et propose, comme toujours une vision caricaturale, dichotomique ; simpliste aussi peut-être. Je propose ici une redéfinition de la spontanéité dans un cadre créatif qui serait davantage un aboutissement de la pensée qu’une absence de celle-ci.

– Sous l’apparence d’un « n’importe quoi » efficace, il y a une méthode, un code, une règle, un pattern.-

Considérons l’art comme un langage à part entière et développons ce que Noam Chomsky (un des plus grands penseurs actuels) appelle la « grammaire générative ». Noam décrit cette grammaire comme un ensemble de règles intégrées de manière implicite par l’enfant notamment lors de son apprentissage du langage.

Cette théorie part du principe qu’une règle n’a pas besoin d’être explicitement formulée pour aboutir à des effets. De fait, l’enfant parvient progressivement à comprendre les phrases qu’on lui adresse sans que jamais ne lui soit expliquée la grammaire.

mosaertclothes_012_4_3 w75 l12_5

Plus fort encore, après avoir décodé, compris, imité, l’enfant devient capable de créativité et génère de nouvelles phrases qui respectent les règles de constructions intégrées sans jamais avoir atteint la conscience.

Cette capacité générative mène à une capacité particulière : la créativité. Si Chomsky développe cette théorie pour l’acquisition du langage, elle me semble parfaitement transposable à l’art et à la manière dont je tente de redéfinir la spontanéité créative, comme une capacité à respecter la règle d’harmonie sans conscience.

mosaertclothes_073-4_3 w75 l12_5

Des études ont démontré que l’apprentissage se fait au niveau moteur bien avant l’émergence au niveau conscient. Ainsi, les performances des sujets dans une tâche d’apprentissage d’un code s’améliorent sans que les individus aient l’impression d’acquérir quoi que ce soit.

– C’est l’extrême puissance de cet apprentissage. Il est inconscient, sans effort volontaire la plupart du temps et redoutablement efficace.-

Vous souhaitez être tenu au courant des actualités ? Inscrivez votre adresse mail ici :

Laisser un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *